Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton du Jura prévoit un déficit de 3,2 millions de francs pour un total de recettes de 836,7 millions de francs pour 2012. La faute à plusieurs reports de charges et à une baisse de la part du bénéfice de la BNS. Le frein à l'endettement est respecté par le budget comme par le plan financier 2012-2016.

"La maîtrise des charges reste l'objectif", a indiqué le canton mercredi devant la presse. Les reports de charges se montent à 14 millions de francs. Ils proviennent notamment du financement des hôpitaux, des transports, de l'asile ou du nouveau code de procédure pénale.

A cela s'ajoute une baisse de la participation du Jura au bénéfice de la BNS. Le canton table sur une diminution de 60%, soit 8,9 millions.

En revanche, les recettes fédérales émanant de la péréquation financière continuent d'augmenter, même si leur progression ralentit par rapport aux années précédentes. Globalement, les charges progressent de 3,1%, alors que les recettes augmentent de 2,1%.

Investissements stables

Les investissements nets régressent par rapport au budget 2011. Ils passent de plus de 50 à 44,2 millions de francs. Une baisse surtout due à des effets comptables suite à l'introduction du nouveau modèle comptable harmonisé (MCH2), assure le canton.

Conséquence du nouveau financement hospitalier, les investissements dans les hôpitaux seront comptabilisés autrement dès janvier prochain. Cela mis à part, les investissements ne baissent en réalité que d'un million et demi de francs, a indiqué à l'ats le ministre en charge des finances Charles Juillard.

Baisse d'impôts différée

"Il a été décidé de différer l'entrée en vigueur de la baisse fiscale mentionnée dans le programme de législature", souligne le canton. En cause, "l'ampleur exceptionnelle des incertitudes économiques et financières pesant sur les perspectives 2012-2016".

Prévues dans un premier temps pour le début 2012, les diminutions d'impôt - qui ciblent avant tout les familles et les entreprises - devront être repoussées au plus tôt au 1er janvier 2013, indique Charles Juillard.

ATS