Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le taux de chômage en zone euro est passé sous la barre des 11% pour la première fois depuis février 2012, en pleine crise de l'euro. Il s'est établi à 10,9% en juillet.

Durant ce mois, la zone euro comptait 17,53 millions de chômeurs, soit 213'000 de moins qu'un mois plus tôt et 1,11 million de personnes de moins qu'il y a exactement un an, a annoncé mardi l'office européen de statistiques Eurostat. Un an auparavant, le taux de chômage de la zone euro s'élevait encore à 11,6%.

Le taux de chômage le plus faible parmi les 19 pays de la zone euro a été enregistré en Allemagne (4,7%) ainsi qu'à Malte (5,1%), et les plus élevés en Grèce (25,0% en mai 2015, date des dernières données disponibles) et en Espagne (22,2%).

Sur un an, le taux de chômage a le plus baissé en Espagne (de 24,3% à 22,2%), en Grèce (de 27,0% à 25,0% entre mai 2014 et mai 2015), au Portugal (de 14,1% à 12,1%), en Irlande (de 11,3% à 9,5%), des pays qui ont été touchés de plein fouet par la crise de l'euro.

A l'inverse, c'est la Finlande (de 8,7% à 9,7%), la France (de 10,3% à 10,4%) et l'Autriche (de 5,7% à 5,8%) qui ont enregistré les plus fortes hausses sur un an.

Concernant le chômage des jeunes, quelque 3,09 millions de personnes de moins de 25 ans étaient concernés en juillet, soit un taux de 21,9% contre 22,3% le mois précédent. Sans surprise, les pays les plus touchés étaient la Grèce (51,8% en mai 2015), l'Espagne (48,6%) et l'Italie (40,5%).

Dans l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage était de 9,5% en juillet, ce qui représente quelque 23,06 millions de personnes.

ATS