Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Almir Narayamoga Suruí, chef des Indiens Surui du Brésil.

MEG

(sda-ats)

Dans le cadre de l'exposition "Amazonie. Le chamane et la pensée de la forêt", le Musée d'ethnographie de Genève (MEG) accueille samedi Almir Narayamoga Suruí, chef des Indiens Surui du Brésil. Il avait reçu en 2008 le Prix des droits de l’Homme à Genève.

Almir Suruí est né en 1974, cinq ans après la visite du premier homme blanc dans le territoire des Indiens Paiter Suruí, au nord-ouest du Brésil, a indiqué le MEG dans un communiqué. Le Prix des droits de l"Homme lui a été remis pour son engagement politique et écologique. Sa vie est aujourd'hui menacée et il a dû être placé sous protection policière.

À l'occasion de sa venue, le chef présentera les projets de son peuple pour la préservation de la forêt, notamment "Carbon Surui", qui a fait de cette tribu la première à générer des crédits carbone pour financer la préservation de sa forêt.

Soutenus par des institutions environnementales et autochtones, ces projets permettent de financer des activités de production durable contribuant à la conservation de l"environnement et au renforcement culturel indigène, note le musée.

Replanter des arbres

Almir Suruí était venu en Suisse en octobre 2008 recevoir le prix de la Société internationale des droits de l'homme (IGFM). Il était également présent au Paléo Festival la même année.

Avec son peuple (1400 habitants), le chef se bat contre la déforestation et prône une utilisation durable des ressources. Cette population entend aussi replanter près d'un million d'arbres sur son territoire de 250'000 hectares (cantons de Vaud et de Fribourg réunis), une réserve octroyée par les autorités brésiliennes.

Il y a quarante ans, les Surui ont été décimés par la maladie et la guerre, passant de 5000 âmes à 300, après avoir été découverts par l'homme blanc. Leur population s'est depuis reconstituée en partie.

ATS