Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le chef du domaine de l'assurance invalidité (AI) à l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) ne se satisfait pas d'une coupe dans les rentes pour remplir les caisses. Le but de Stefan Ritler: trouver des postes de travail pour 17'000 rentiers.
"Nous devons faire le tour des spécialistes et des entrepreneurs, afin de les sensibiliser à cette problématique et de les rappeler à leur responsabilité sociale" afin de réinsérer les bénéficiaires de l'AI sur le marché du travail, indique M. Ritler dans une interview publiée samedi par les quotidiens alémaniques "Mittelland Zeitung" et "Basler Zeitung".
Et l'ex-chef de l'office AI soleurois d'en référer à son expérience: dans ce canton, près de 1000 entreprises étaient contactées chaque année. Une ronde qui entraînait la mise à disposition d'environ 500 places de travail. M. Ritler espère que la 6e révision de l'assurance permettra de donner un coup de fouet à ce genre de pratiques.
"Nous devons rendre l'engagement de personnes handicapées plus attractif pour les employeurs", souligne le chef de l'AI. Il devrait notamment être possible d'embaucher ces personnes à l'essai.
M. Ritler se dit conscient qu'il ne pourra pas échapper à une taille dans les prestations de l'ordre d'un demi-milliard de francs. Reste que, selon le cadre de l'OFAS, une coupe de 30% ou plus n'est pas une alternative acceptable.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS