Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selahattin Demirtas, coprésident du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), sera reçu jeudi par la présidente du Conseil national Christa Markwalder et rencontrera le secrétaire d'Etat du Département des affaires étrangères (DFAE) Yves Rossier à Berne.

KEYSTONE/AP/HUSSEIN MALLA

(sda-ats)

Le député turc Selahattin Demirtas, coprésident du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), se rendra jeudi à Berne. Le groupe parlementaire Relations avec le peuple kurde l'a invité.

M. Demirtas sera reçu par la présidente du Conseil national Christa Markwalder (PLR/BE) et rencontrera le secrétaire d'Etat du Département des affaires étrangères (DFAE) Yves Rossier. Donnée mercredi par le Tagesanzeiger et le Bund, l'information a été confirmée par le DFAE et les services du Parlement.

Au programme des discussions avec M. Rossier: la situation en Turquie et dans la région. Du côté du DFAE, aucun communiqué ou conférence de presse n'est prévu. Selahattin Demirtas tiendra toutefois une conférence de presse dans l'après-midi, informe le groupe parlementaire Relations avec le peuple kurde.

Critique d'Erdogan

M. Demirtas est l'un des plus virulents critiques du président turc Recep Tayyip Erdogan. Il accuse entre autres le gouvernement turc d'opprimer la population kurde, majoritaire dans le sud-ouest du pays, et de faire de nombreuses victimes civiles lors de ses offensives contre des combattants kurdes.

En outre, M. Demirtas appartient à ce groupe de parlementaires turcs, qui se sont récemment vus retirer leur immunité. Le 20 mai 2016, plus de deux tiers des députés turcs ont approuvé une réforme constitutionnelle controversée levant l'immunité de 138 députés visés par des procédures judiciaires. Parmi eux se trouvent 50 des 59 élus HDP.

M. Erdogan avait appelé à la levée de cette immunité, car il accuse le HDP d'être la "vitrine politique" du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit). Le HDP rejette ces accusations et souligne qu'il se bat avec des moyens démocratiques pour une solution juste aux problèmes de la minorité kurde.

Les élus du HDP sont désormais exposés à des poursuites pour "propagande terroriste". Le parti a annoncé être prêt à se rendre à se rendre jusque devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour empêcher la levée de l'immunité de ses députés.

ATS