Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le commandant des Forces aériennes redoute que la Suisse soit bientôt à portée d'un nouveau type de missiles guidés, qui en feraient une cible de chantage potentiel. Markus Gygax exige par conséquent le recours à un nouveau système de défense, élaboré en collaboration européenne.
Le monde s'est transformé en village. Quel que soit la partie de la planète dans laquelle il se produit, un événement affecte aussi l'Europe, indique M. Gygax dans le journal dominical alémanique "Sonntag". Cette évolution n'est pas sans conséquences: davantage d'altercations, davantage de migrations, davantage de pressions. En outre, la production d'armes a crû de 20% en cinq ans.
Selon le chef des forces aériennes, des missiles guidés d'une portée de 3000 kilomètres seront mis sur le marché dans un futur proche. La Suisse, qui pourrait alors faire l'objet de pressions, devra s'équiper d'un système de défense anti-missiles ad hoc. Pour ce qui est de l'origine de ces dangers potentiels, M. Gygax a précisé qu'il s'agirait plutôt d'organisations que d'Etats.
Pour s'assurer une défense optimale, la Suisse aura deux possibilités, poursuit Markus Gygax. Soit elle confie sa protection à un Etat tiers, soit elle se dote de son propre système, en collaboration européenne. C'est cette seconde solution que privilégie le commandant.
La question de ce nouveau matériel doit être réglée au plus vite, avertit M. Gygax, car nul ne sait de quoi sera fait le futur proche. En 1988, on ne se doutait par exemple pas que le Mur de Berlin tomberait une année plus tard.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS