Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le mollah Mansour était activement recherché par les Etats-Unis (archives).

KEYSTONE/AP/RAHMAT GUL

(sda-ats)

Le chef des talibans afghans, le mollah Akhtar Mansour, a été la cible d'une frappe aérienne menée samedi par l'armée américaine près de la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, annonce le Pentagone. Il a "probablement" été tué, selon un responsable américain.

Le département américain de la défense, le Pentagone, n'a toutefois pas été en mesure de préciser si le successeur du mollah Omar avait été touché dans ce bombardement. "Nous sommes toujours en train d'évaluer les résultats de cette frappe et nous livrerons d'autres informations lorsqu'elles seront disponibles", a dit un porte-parole.

Un autre combattant taliban a perdu la vie dans cette frappe, a ajouté le responsable, qui a précisé que le raid avait été autorisé par le président américain Barack Obama.

Le bombardement s'est produit vers 12h00 (en Suisse) du côté pakistanais de la frontière, au sud-ouest de la localité d'Ahmad Wal. Plusieurs drones ont visé le mollah Mansour et un autre combattant taliban qui circulaient à bord d'une voiture, a-t-il poursuivi.

Activement recherché

Le mollah Mansour était "activement impliqué dans la préparation d'attaques contre des installations à Kaboul et à travers l'Afghanistan. Il présentait une menace pour les civils et les forces de sécurité afghans, pour nos personnels et pour les partenaires" de l'OTAN déployés dans le pays, a ajouté le responsable sous couvert de l'anonymat.

"Il était un obstacle à la paix et à la réconciliation entre le gouvernement d'Afghanistan et les talibans, interdisant aux chefs talibans de participer aux négociations de paix avec le gouvernement afghan", a-t-il dit.

Depuis qu'il a pris le pouvoir chez les talibans, succédant au mollah Omar, "les talibans ont mené beaucoup d'attaques, qui ont provoqué la mort de dizaines de milliers de civils afghans et de membres des forces de sécurité, et de nombreux personnels américains et de la coalition", a-t-il ajouté.

ATS