Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef du CNS, principale coalition de l'opposition syrienne, Abdulbaset Sieda a été reçu lundi à Berne par le numéro 2 du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), le secrétaire d'Etat Yves Rossier. Le Syrien entend profiter de cette visite en Suisse pour lancer un appel à l'aide internationale.

Au cours de l'entretien, M. Rossier a informé M. Sieda des priorités suisses dans le cadre de la crise syrienne. Il a notamment répété que "seule une solution politique, négociée d'entente avec toutes les parties et répondant aux aspirations légitimes de la population syrienne, permettra de résoudre la crise qui secoue la Syrie et qui fait chaque jour de nombreuses victimes".

"La Suisse demeure disposée à apporter son soutien à la recherche d'une telle solution, notamment dans les domaines où elle bénéficie d'une expertise reconnue", a rappelé M. Rossier. La promotion du droit international humanitaire, la lutte contre l'impunité, l'assistance humanitaire pour les plus touchés et le soutien politique aux efforts de la communauté internationale font partie de ces domaines.

Aide aux réfugiés

M. Sieda devait encore prononcer un discours à l'invitation du Parti socialiste de Thoune (BE). "Nous demandons de l'aide pour les réfugiés en Turquie, au Kurdistan, en Jordanie et au Liban. Nous avons aussi besoin d'aide en Syrie même, en particulier sur le plan médical", a dit le président du Conseil national syrien (CNS) dans une interview à AWP/Keystone Video.

Mais l'aide humanitaire ne suffit pas. "Nous devons faire quelque chose pour que cessent les tueries", lance-t-il, réclamant la mise en place d'une zone d'interdiction aérienne et également, "si nécessaire", d'une force internationale. Selon lui, l'appui de la communauté internationale permettra de faire baisser le "prix" à payer par le peuple syrien.

Sur les fonds du clan du président Bachar al-Assad bloqués par la Suisse, M. Sieda estime qu'ils "appartiennent au peuple syrien" et il souhaite demander à Berne de les garder jusqu'à l'avènement de "la nouvelle Syrie démocratique".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS