Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef du Front al Nosra, Abou Mohammad al-Jolani, a annoncé jeudi que cette branche syrienne d'Al-Qaïda rompait ses liens avec le réseau djihadiste. Le mouvement a décidé de se rebaptiser Front Fateh al Cham (conquête de la Syrie, en arabe).

"Nous remercions les commandants d'Al-Qaïda pour avoir compris la nécessité de rompre les liens (...)", a indiqué le chef du deuxième plus important groupe djihadiste en Syrie, lors d'une apparition inédite sur un enregistrement diffusé par la chaîne de télévision Al-Jazeera.

Abou Mohammad al-Jolani a affirmé que ce groupe "n'aura aucun lien avec des parties étrangères". Il a expliqué que cette décision visait à "faire taire les prétextes avancés par la communauté internationale" pour viser le groupe, classé "terroriste" par Washington.

Les Etats-Unis ont rapidement réagi, affirmant que le groupe n'avait pas changé. "Les dirigeants du Front al-Nosra maintiennent leur intention de mener des attaques contre les pays occidentaux", a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche Josh Earnest.

"Nous ne voyons aucune raison de penser que leurs actions ou leurs objectifs sont devenus différents", a indiqué de son côté le porte-parole du département d'Etat John Kirby. "Ils sont toujours considérés comme une organisation terroriste étrangère", a-t-il ajouté.

Exclu de la trêve

Le Front al Nosra, classé comme organisation terroriste, a été exclu d'un accord de cessation des hostilités conclu en février sous l'égide des Etats-Unis et de la Russie.

Cette annonce majeure intervient en effet une semaine après l'accord des chefs des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, sur la lutte commune contre Al-Nosra et l'EI.

"Garantir son avenir"

Al-Jolani a souligné que cette décision "visait à protéger la révolution syrienne". L'expert en groupes djihadistes Charles Lister a tweeté avant l'annonce que l'objectif, pour al-Nosra, était de "s'incruster davantage dans la révolution syrienne et de garantir son avenir à long terme".

Un peu plus tôt, Al Qaïda avait déjà préparé le terrain à une éventuelle rupture avec le Front al-Nosra sur fond de spéculations circulant sur Internet.

"Nous appelons le commandement du Front al-Nosra à aller de l'avant (dans l'annonce de la rupture) de manière à préserver l'intérêt de l'islam et des musulmans et à protéger les gens du djihad en Syrie", avait annoncé cheikh Ahmad Hassan Abou el-Kheir dans un enregistrement audio diffusé sur Internet.

Le Front al-Nosra est le plus important groupe djihadiste en Syrie après son grand rival, l'Etat islamique (EI). Avec Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) et Al-Qaïda au Maghreb (AQMI), Al-Nosra est aussi l'un des plus puissants groupes membres du réseau fondé par Oussama Ben Laden - auquel il a prêté allégeance en 2013.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS