Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'effigie d'Abdullah Öcalan, le chef de la rébellion kurde incarcéré, figure sur des drapeaux brandis lors d'une manifestation (archives).

KEYSTONE/AP/MARTIN MEISSNER

(sda-ats)

La Turquie a autorisé samedi la famille d'Abdullah Öcalan, le chef de la rébellion kurde incarcéré, à lui rendre visite pour l'Aïd. Il s'agit d'une première pour ses proches, qui ne l'ont pas vu depuis deux ans, selon l'agence progouvernementale de presse Anadolu.

"En raison de la Fête du sacrifice, Abdullah Öcalan, leader de l'organisation terroriste du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan, ndlr) et emprisonné à Imrali, va être autorisé à recevoir la visite de sa famille", écrit Anadolu, qui précise que l'autorisation concerne son frère Mehmet.

La grande fête musulmane de l'Aïd el-Adha commence au début de la semaine prochaine.

Selon plusieurs médias turcs, la famille du chef du PKK n'avait pas été autorisée à le voir depuis le 6 octobre 2014.

Grève de la faim

Détenu depuis 1999 sur l'île-prison d'Imrali, située au large d'Istanbul, Abdullah Öcalan n'a en outre pas été autorisé à recevoir les visites de ses avocats depuis que le cessez-le-feu entre le PKK et les forces de sécurité turques a pris fin il y a un an.

Les dernières personnes à lui avoir rendu une visite officielle sont des membres d'une délégation du Comité européen pour la prévention de la torture, en avril 2016.

La décision des autorités turques survient quelques jours après qu'une cinquantaine de militants de la cause kurde, dont des députés, ont entamé une grève de la faim à Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, pour protester contre le manque d'informations concernant le leader kurde.

Perpétuité

Arrêté au Kenya en 1999, le fondateur historique du PKK Abdullah Öcalan a été condamné en Turquie à la peine de mort, commuée en réclusion à perpétuité.

Alors qu'Abdullah Öcalan a mené des négociations secrètes avec les autorités d'Ankara pour parvenir à un cessez-le-feu appliqué dès 2013, celui-ci a volé en éclats il y a un an et les combats ont repris dans le sud-est de la Turquie, région en majorité kurde.

Le conflit entre rébellion kurde et forces armées turques a fait plus de 40'000 morts depuis 1984.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS