Navigation

Le chef rebelle congolais "Morgan" s'est rendu

Ce contenu a été publié le 13 avril 2014 - 09:04
(Keystone-ATS)

Le chef rebelle congolais "Morgan" s'est rendu dans le Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de sources onusienne et militaire. Selon un rapport de l'ONU, il est responsable de nombreuses violations graves des droits de l'homme.

Paul Salada, de son vrai nom, s'est rendu aux Forces armées de la RDC (FARDC) avec une quarantaine de ses hommes dans le district de l'Ituri, en Province-Orientale, limitrophe de l'Ouganda.

Selon le dernier rapport des experts des Nations unies sur la RDC publié en janvier, Morgan est responsable de nombreuses violations graves des droits de l'homme, notamment de viols, d'enlèvements et d'esclavage sexuel. Il s'est spécialisé dernièrement dans "l'attaque de mines d'or" après avoir été longtemps actif dans le braconnage d'éléphants.

Soutiens dans l'armée

Ce bandit de grand chemin, qui écume les districts du Haut-Uélé et de l'Ituri, dans l'extrême Nord-Est de la RDC, bénéficierait, selon les experts de l'ONU de solides soutiens au sein du haut commandement militaire de la Province-Orientale.

"Si (la reddition de Morgan) va à son terme, cela marquera un progrès certain. Mais quant à savoir si cela mettra fin au phénomène des chefs de guerre qui vivent sur les ressources naturelles du pays, c'est une tout autre chose", a-t-on estimé de source onusienne.

Depuis la victoire des troupes gouvernementales sur la rébellion du M23 en novembre, Kinshasa a appelé toutes les milices présentes en RDC à déposer les armes sous peine d'être désarmées par la force par l'armée avec le soutien de la Mission de l'ONU en RDC (MONUSCO).

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.