Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La situation humanitaire se dégrade dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a affirmé vendredi le CICR. Selon l'organisation, le nombre des victimes civiles augmente, parmi lesquelles des centaines de femmes et d'enfants traumatisés.

La violence s'étend dans les deux provinces du Kivu à des zones plus reculées et difficiles d'accès, entraînant des conséquences humanitaires dramatiques, a expliqué à Genève une porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Marie-Servane Desjonquères.

Alors que les affrontements se poursuivent dans la zone frontalière de l'est du Nord-Kivu, les combats s'intensifient dans les territoires de Walungu, Shabunda et Kalehe (Sud-Kivu) et, plus récemment, dans les territoires de Walikale et Masisi (Nord-Kivu), faisant de nombreux morts, blessés et déplacés, a précisé le CICR.

"La majorité des victimes sont des civils, dont de très jeunes enfants, des personnes âgées et des femmes. Les combats ont forcé les habitants de villages entiers à se déplacer, aggravant une situation humanitaire déjà précaire", a affirmé la porte-parole, en indiquant que les délégués sur place sont bouleversés par la découverte de "corps carbonisés et mutilés".

Enfants séparés et traumatisés

Par suite des combats, beaucoup d'enfants, certains très jeunes, se sont retrouvés séparés de leurs proches. Leurs parents ayant souvent été tués, ils ont généralement été pris en charge de manière spontanée par des voisins.

Beaucoup de ces enfants sont profondément traumatisés. Certains ont été témoins de violences dans leur village, alors que d'autres ont assisté à l'exécution de membres de leur famille. D'autres, enfin, ont été directement pris pour cible et ont eux-mêmes été blessés, a indiqué le CICR.

Depuis le début de l'année, le CICR a enregistré 116 nouveaux enfants non accompagnés et 86 enfants ayant été associés à des forces armées ou des groupes armés, dont respectivement 63 et 74 ont été réunis avec leur famille dans les deux provinces du Kivu, après que les recherches les concernant ont abouti.

ATS