Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le CICR va envoyer des médecins et du matériel dans la bande de Gaza pour soigner les manifestants après les violences récentes avec l'armée israélienne.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) va organiser le déploiement de deux équipes chirurgicales à Gaza après la répression israélienne des manifestations récentes. Quelque 1350 personnes devront être opérées entre 3 et 5 fois dans les six prochains mois.

"Des milliers d'habitants de Gaza sont confrontés à des besoins médicaux nouveaux" dans un système de soins "déjà surchargé", selon le directeur régional Robert Mardini. La situation en terme de santé est "sans précédent", a-t-il dit jeudi devant la presse à Genève.

Plus de 13'000 manifestants palestiniens ont été blessés ces deux derniers mois par les forces israéliennes, dont plus de 3500 par des tirs à balles réelles. Une situation comparable à celle de la dernière vague de violences importante il y a quatre ans, sauf que les manifestations n'ont eu lieu que pendant quelques jours sur la période des deux derniers mois.

Et le type de blessures, à balles réelles, est différent, explique M. Mardini. Certaines personnes devront être soignées pendant des mois au moins, selon lui.

En un seul jour, un hôpital a notamment reçu il y a deux semaines plus de 500 patients affectés. "Point positif" toutefois, les centres de santé n'ont pas été ciblés pendant les manifestations. Le Croissant-Rouge palestinien a pu organiser plus de 20'000 sorties auprès des blessés, dont 6000 ont pu rapidement rejoindre un hôpital.

Soutien au Croissant-Rouge

Dans les prochains mois, plus de 4000 interventions chirurgicales devront être menées. Et la moitié d'entre elles seront prises en charge par le CICR. Celui-ci va aussi acheminer de nombreux médicaments et du matériel.

Le CICR prévoit l'ouverture d'une unité de 50 lits dans un hôpital du territoire palestinien. Un tri sera fait pour identifier les cas prioritaires. D'autant plus que les évacuations médicales sont toujours "très difficiles" à organiser avec les autorités israéliennes, dit M. Mardini.

Une rallonge de 5,3 millions de dollars a été demandée, peu financée pour le moment. Une assistance à des sites de Gaza et au Croissant-Rouge palestinien sera aussi menée.

Appel à Israël

Face à la récente augmentation des tensions en début de semaine, le CICR se prépare aussi à un nouvel afflux massif de patients. Cette situation vient s'ajouter à des conditions déjà "au bord de l'effondrement" dans ce territoire palestinien, dit M. Mardini.

Avant même les manifestations, moins de 40% des médicaments indispensables pouvaient être trouvés. Le CICR appelle Israël à lever ses restrictions et demande que l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et à un meilleur environnement économique puisse être garanti.

L'action de l'organisation et d'autres institutions internationales ne constitue qu'"un bandage sur une blessure infectée", relève-t-il. Les médicaments ne satisferont qu'une part de ce qui est requis. Et l'ONU a décidé récemment de son côté d'envoyer une commission d'enquête après les manifestations dans le territoire palestinien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS