Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le CICR a pu assister plusieurs milliers de déplacés dans l'Etat birman de Kachin mais autant sont bloqués par les violences (archives).

KEYSTONE/AP/ESTHER HTUSAN

(sda-ats)

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est très "inquiet" par la situation des dernières semaines dans l'Etat birman de Kachin. Il a aidé environ 3000 déplacés par les violences mais il demande un accès sans entraves à toutes le victimes du conflit.

Le CICR a dit mercredi à Genève travailler avec les autorités pour obtenir cette possibilité. Des milliers de personnes ont été déplacées depuis un mois mais elles sont aussi plusieurs milliers à ne pas recevoir d'assistance et à être bloquées depuis des semaines par les violences.

Quelque 15'000 personnes ont quitté la zone depuis le début de l'année. Et au total, plus de 90'000 se trouvent dans des camps de déplacés dans les Etats de Kachin et de Shan depuis qu'un cessez-le-feu entre le gouvernement et l'Armée pour l'indépendance de Kachin a été rompu en 2011.

Avec la Croix-Rouge birmane, le CICR a toutefois accès à plusieurs zones. Mais la rapporteuse spéciale de l'ONU sur la Birmanie Yanghee Lee, qui s'est vu refuser récemment l'accès au pays par le gouvernement dans le cadre de la crise des Rohingyas dans l'Etat de Rakhine, avait dit, il y a une dizaine de jours, qu'un convoi avait été empêché d'entrer dans un village de la région. Des milliers de personnes avaient aussi manifesté lundi pour demander un accès humanitaire dans cette partie de l'Etat birman.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS