Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) n'est pas associé à la proposition russe de corridors humanitaires dans la Ghouta orientale. Ce scénario demande davantage que les cinq heures souhaitées par Moscou et doit être approuvé par "toutes les parties".

Cette validation constitue "le seul moyen pour la population de quitter en sécurité", si celle-ci le souhaite, la zone où habitent quelque 400'000 personnes au total, a dit mardi le directeur régional de l'organisation Robert Mardini. Une aide devra leur être apportée.

"Ceux qui restent doivent être protégés" des violences. Et obtenir une assistance humanitaire "immédiatement", notamment des médicaments et des soins, ajoute M. Mardini.

Il affirme encore qu'"il est impossible d'acheminer un convoi humanitaire en cinq heures". Les précédents chargements ont souvent demandé plus d'un jour seulement pour franchir les postes de sécurité, malgré l'accord des parties. Pour autant, le CICR et le Croissant-Rouge syrien se disent prêts à garantir ces livraisons, selon le directeur régional.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.