Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Valaisans se prononceront le 10 juin 2018 sur la candidature Sion 2026. (archives: le Château de Valère à Sion).

Keystone/OLIVIER MAIRE

(sda-ats)

Le Comité international olympique (CIO) accepte la garantie de déficit limitée (827 millions) proposée par la Confédération pour la candidature de Sion aux JO d'hiver 2026. En cas de perte, ce sont les signataires du contrat de ville-hôte qui passeraient à la caisse.

Le CIO n'émet aucune exigence concernant le montant de la garantie de déficit, a écrit la semaine dernière son directeur des sports, Christophe Dubi. C'est la deuxième fois qu'aucune somme précise n'est articulée, relève-t-il mardi dans les pages des journaux Nordwestschweiz et Südostschweiz.

A l'appui de sa candidature aux JO 2016, Chicago avait également produit une garantie de déficit limitée. "A l'époque, nous réclamions cependant encore de nombreuses garanties très strictes", se souvient M. Dubi.

Secteur public ou privé

Le directeur des sports du CIO indique aussi clairement qui passerait à la caisse en cas de déficit: les signataires du contrat de ville-hôte. "Nous demandons une garantie de déficit, car nous voulons en toutes circonstances éviter que des prestations fournies restent impayées", souligne-t-il.

Le contrat de ville-hôte peut être signé par des autorités à différents niveaux. "Nous sommes désormais très flexibles: les garanties peuvent être proposées par le secteur public ou privé". Des assureurs pourraient ainsi garantir des postes budgétaires. La composition des signataires est très importante, d'après Christophe Dubi.

Oui des Valaisans impératif

Si Sion obtenait l'organisation des jeux, la participation de la Confédération avoisinerait le milliard de francs. Avant cela, elle soutiendra le budget de la candidature à hauteur de 8 millions de francs, a annoncé le Conseil fédéral il y a quinze jours.

Les Valaisans se prononceront le 10 juin 2018. Dans les autres cantons organisateurs, des votations pourraient se tenir sur le sujet. En cas de refus de Fribourg ou de Berne, il existe des alternatives, selon Matthias Remund, directeur de l'Office fédéral du sport.

En revanche, si le Valais - qui doit notamment accueillir le village olympique - venait à rejeter la candidature de Sion, il n'y aurait pas de solution.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS