Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Principale coalition de l'opposition syrienne en exil, le CNS s'en est pris violemment vendredi aux Etats-Unis, accusés de chercher à la remodeler pour l'amener à négocier avec le régime. Le CNS a par ailleurs fustigé l'exécution par les rebelles de soldats blessés dans le nord.

A deux jours de l'ouverture d'une réunion cruciale des opposants à Doha, le Conseil national syrien (CNS) a vivement réagi aux propos de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui a appelé ce mouvement à s'élargir pour représenter "tous les Syriens".

Le CNS a condamné les projets "visant à passer au-dessus du Conseil ou à créer des instances le remplaçant", les qualifiant de "tentative de nuire à la révolution syrienne en semant les germes de la division".

Pour Georges Sabra, membre du Conseil, "si l'union de l'opposition a pour objectif de négocier avec Bachar al-Assad, cela ne se fera pas et le peuple ne l'acceptera pas".

Ingérence "impérialiste"

Mohammed Sermini, du bureau de presse du CNS, a dénoncé l'ingérence de Washington comme "impérialiste". "La Syrie doit prendre ses propres décisions", a-t-il souligné.

Mercredi, Mme Clinton a estimé que le CNS ne pouvait "plus être considéré comme le dirigeant visible de l'opposition", et plaidé pour qu'il devienne "une partie d'une opposition élargie" comprenant "des gens à l'intérieur de la Syrie et d'autres".

Les Etats-Unis comptent beaucoup sur la réunion de dimanche à Doha élargie à des centaines d'opposants, sous l'égide de la Ligue arabe, où pourrait être annoncé un gouvernement en exil.

Le CNS a par ailleurs exhorté "l'Armée syrienne libre (ASL, composée de déserteurs et de civils armés) à demander des comptes à quiconque viole les droits humains", après la diffusion de vidéos jeudi montrant des insurgés frappant une dizaine de soldats blessés avant de les achever à l'arme automatique. L'ONU a évoqué un possible "crime de guerre".

Sur le terrain, les rebelles ont pris le contrôle d'un large périmètre autour de Saraqeb, carrefour stratégique de routes reliant Damas, Alep (nord) et Lattaquié, sur la côte. Avec cette prise, ils coupent quasiment tout accès des troupes au nord.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS