Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le coût des désastres climatiques a augmenté de 150% en 20 ans

Le récent désastre en Indonésie montre l'importance d'alerter la population et d'adapter les habitations.

KEYSTONE/AP/DITA ALANGKARA

(sda-ats)

Les pertes économiques liées aux désastres climatiques ont augmenté de plus de 150% ces 20 dernières années par rapport aux deux décennies précédentes. Elles ont atteint près de 2300 milliards de dollars au moins, selon un rapport de l'ONU publié mercredi à Genève.

Ce montant constitue 77% du total du coût des désastres sur cette période jusqu'en 2017, établi à 2908 milliards de dollars (environ 2885 milliards de francs), précise l'Office des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNISDR). Sur les 20 ans précédents, le total n'atteignait que 1313 milliards, dont 895 milliards ou 68% étaient liés au climat, selon le rapport publié avant la Journée internationale pour la prévention des catastrophes ce 13 octobre.

Cette situation est "très alarmante", a estimé devant la presse un responsable de l'UNISDR, Ricardo Mena. D'autant plus que le chiffre réel pourrait être près de trois plus élevé. Moins de 40% des catastrophes sont rapportées par les Etats, 53% dans les pays riches mais seulement 13% dans les pays pauvres. Les coûts se sont étendus plus rapidement que la population.

M. Mena appelle à une action urgente pour réduire les émissions de gaz à effet de serre mais aussi investir davantage dans la réduction des risques. Il est difficile de faire une prévision des pertes pour les 20 prochaines années. "Nous y travaillons", dit le responsable de l'UNISDR. Mais "la population urbaine et les biens dans les zones exposées vont augmenter", de même que les températures.

Responsabilité d'Etats visée

"Nous avons besoin de solutions dans les 5 à 10 ans", alerte de son côté la responsable du Centre de recherche sur l'épidémiologie des désastres (CRED) Débarati Guha-Sapir. Les populations des pays en développement en particulier ne peuvent attendre, selon elle. D'autant plus que les chaleurs extrêmes seront plus fréquentes dans toutes les régions du monde. Leur impact est très difficile "à mesurer", affirme Mme Guha-Sapir.

Actuellement, les désastres climatiques constituent un peu plus de 90% des principales catastrophes. Parmi eux, les inondations à 43,4% et les tempêtes à 28,2% sont les deux plus fréquentes. Sur ces catastrophes, "la responsabilité des Etats est extrêmement élevée" dans l'alerte des populations ou la réduction des risques, selon Mme Guha-Sapir. Ils devraient être ciblés, dit-elle.

Par pays, les pertes les plus importantes ont été subies par les Etats-Unis pour une valeur totale de près de 950 milliards. Ils devancent la Chine à près de 500 milliards et le Japon à plus de 370 milliards. Mais l'impact est disproportionné dans les pays à revenus bas ou intermédiaires par rapport à leur Produit intérieur brut (PIB). Le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe cherche notamment à diminuer les pertes économiques.

Pays pauvres plus affectés par les pertes

Au cours des 20 dernières années, 1,3 million de personnes ont été tuées par les désastres. Plus de trois millions ont été blessées, déplacées ou ont eu besoin d'une assistance. Les 563 séismes et les tsunamis qui ont suivi sont responsables plus de 56% du total des décès.

Les décès et les souffrances liés à ceux qui ont été observés récemment en Indonésie montrent le besoin d'alerter la population et d'adapter les habitations, affirme la représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU pour la réduction des risques de catastrophe, Mami Mizutori. Les pertes économiques liées à des situations climatiques extrêmes "ne sont pas soutenables" et empêchent "l'éradication de la pauvreté".

"Ceux qui souffrent le plus du changement climatique sont ceux qui contribuent le moins aux émissions de gaz à effet de serre", dit Mme Guha-Sapir. Les pertes économiques des pays aux revenus bas ou intermédiaire ont des conséquences importantes pour l'amélioration de leur situation, selon elle. Les personnes dans les pays pauvres sont six fois plus menacées de perdre leurs biens ou de souffrir de dommages que les personnes dans les pays riches.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.