Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Janet Yellen, la présidente de la Fed, prône la recherche d'un compromis (archives).

KEYSTONE/AP/PABLO MARTINEZ MONSIVAIS

(sda-ats)

Les responsables de la régulation financière internationale vont reporter de quelques semaines leur prochaine réunion. Ils veulent tenter notamment une nouvelle fois de s'entendre sur de nouvelles normes prudentielles, a-t-on appris de source proche des discussions.

La prochaine réunion du comité de Bâle était prévue à la mi-septembre, mais elle devrait maintenant avoir lieu au début octobre seulement. Les membres souhaitent aussi surmonter les réserves des banques européennes sur la fixation d'un plancher de fonds propres.

Le comité de Bâle, qui tente de sceller un accord depuis l'an dernier, s'est refusé à tout commentaire.

Des divergences

Les régulateurs américains sont favorables à un niveau minimum de fonds propres requis à 75% de l'exigence standard, quand les Européens plaident pour 70% en mettant en avant la qualité de leurs modèles internes.

Plusieurs compromis sont à l'étude pour parvenir à un accord qu'appellent de leurs voeux entre autres Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale américaine, et son homologue Mario Draghi de la Banque centrale européenne, afin de stabiliser le cadre réglementaire pour les banques.

Les nouvelles règles dites de Bâle III ne s'appliqueraient pas avant 2024 ou 2025.

Le comité de Bâle, qui rassemble les autorités de régulation financière d'une trentaine de pays, s'est fixé pour objectif de tirer les leçons de la crise financière de 2008 et de prévenir l'éclatement de nouvelles crises en mettant en place des normes plus sévères.

ATS