Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A quelques jours de l'assemblée générale de Sika, le conseil d'administration du fabricant zougois de spécialités chimiques affiche sa détermination. Tous les administrateurs solliciteront un nouveau mandat, malgré les critiques de la holding familiale SWH.

"Pour nous, il est primordial que le conseil d'administration demeure inchangé quant à sa composition", déclare ainsi son président, Paul Hälg, dans une interview publiée dimanche dans la Schweiz am Sonntag. Comme pour les deux précédentes assemblées générales, M. Hälg entend demander aux actionnaires de limiter une nouvelle fois les droits de vote de la holding Schenker-Winkler (SWH), représentant les héritiers du groupe, la famille Burkard.

Le conseil d'administration prendra se décision sur ce point mardi prochain, journée durant laquelle les actionnaires du groupe se réuniront à Baar en assemblée générale, a ajouté M. Hälg. Ce dernier motive le plafonnement des droits de vote de SWH par la volonté du groupe de maintenir le statu quo jusqu'à ce que les questions juridiques soient éclaircies par la voie d'une procédure ordinaire.

Du coup, la continuité est pour l'heure assurée à la tête de l'entreprise. Une décision de première instance du tribunal de Zoug est attendue d'ici l’été. Elle porte sur la limitation des droits de vote de la famille du fondateur.

Feuilleton au long cours

Selon M. Hälg une reprise de Sika par le géant français de matériaux de construction Saint-Gobain n'est pas favorable aux intérêts de l'entreprise zougoise, laquelle, rappelle-t-il, bénéficie du soutien de la majorité des actionnaires, des collaborateurs et du public.

Pour mémoire, en décembre 2014, Saint-Gobain, numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction, a conclu un contrat proposant 2,75 milliards de francs aux membres de la famille du fondateur de Sika pour racheter leurs parts. Celles-ci, détenues via SWH, se montent à 16,1% du capital, mais elles représentent 52,4% des droits de vote.

Mais les dirigeants de Sika rejettent catégoriquement ce projet de rachat hostile. Le géant français et la famille Burkard ont annoncé il y a peu avoir prolongé l'accord sur la vente des actions au 30 juin 2017. A cette date, Saint-Gobain aura en outre la possibilité de prolonger encore le contrat jusqu'au 31 décembre 2018.

ATS