Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les membres du nouveau Conseil d'Etat vaudois ont prêté serment mardi dans la Cathédrale de Lausanne. De gauche à droite: Cesla Amarelle, Béatrice Métraux, Philippe Leuba, Jacqueline de Quattro, Pierre-Yves Maillard, Pascal Broulis et Nuria Gorrite.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les nouvelles autorités vaudoises élues pour la législature 2017-2022 ont été assermentées mardi à Lausanne. Une cérémonie qui s'est déroulée dans une atmosphère solennelle.

Ce mardi matin, la plupart des 150 députés et les sept conseillers d'Etat vaudois étaient réunis dans la Cathédrale de Lausanne. Nouvelle présidente du gouvernement, la socialiste Nuria Gorrite a choisi de débuter son discours en citant Jean Monnet, un des pères fondateurs de l'Europe: "Rien n'est possible sans les hommes, rien n'est durable sans les institutions".

Au micro, elle a rappelé que les électeurs avaient à nouveau fait le choix d'un gouvernement à majorité de gauche et d'un parlement à majorité de droite lors des dernières élections. Et d'estimer que "nos divergences nous enrichissent".

Moult défis

S'agissant des défis, celle qui est aussi cheffe du Département des infrastructures et des ressources humaines en a évoqué plusieurs. Parmi eux, la nécessité de conserver une économie compétitive, l'importance en matière de politique territoriale de comprendre que "l'intérêt général prime sur l'intérêt individuel" ou encore le vieillissement de la population.

Quant à la formation, dossier qui revient à la nouvelle élue Cesla Amarelle, la nouvelle présidente a estimé qu'il s'agissait là d'un enjeu essentiel. L'école donne des racines et des ailes, a estimé la socialiste.

Esprit constructif

Devant l'assemblée, Nuria Gorrite a souligné "l'état d'esprit constructif" de l'équipe gouvernementale. Et n'a pas manqué de rendre hommage à la ministre sortante Anne-Catherine Lyon, présente quelques rangs derrière ses anciens collègues.

Elle mis en avant son "engagement exceptionnel durant quinze ans" au sein du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture. Et ajouté qu'elle avait été une des pièces maîtresses de l'état d'esprit qui règne au gouvernement.

Bien rôdé

Cette journée avait débuté dans la matinée par un cérémonial bien rodé. D'abord une séance photo sur les escaliers de l'esplanade du Château. Sourires et accolades étaient accompagnés des traditionnels 23 coups de canon.

Sous les yeux des députés, des sept conseillers d'Etat vêtus de noir ou de bleu foncé, de plusieurs journalistes et de quelques curieux étaient ensuite apparus la fanfare ou les milices vaudoises à cheval. Tout ce monde avait alors pris lentement la direction de la Cathédrale.

Dans l'édifice, on a notamment pu voir des proches des élus, des membres de la députation vaudoise aux Chambres ou des représentants d'autres cantons comme le président du Conseil d'Etat genevois François Longchamp.

ATS