Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet veut maintenir la portée des Fêtes de Genève (archives).

KEYSTONE/MAGALI GIRARDIN

(sda-ats)

Le Conseil d'Etat genevois s'active après les déficits successifs des Fêtes de Genève. Un projet de loi sera lancé et pourrait convertir Genève Tourisme en une fondation de droit public. Des états généraux du tourisme auront lieu dans les prochains mois.

"Nous devons reprendre la main", affirme le chef du Département de la sécurité et de l'économie (DSE) Pierre Maudet dans un entretien publié samedi par la Tribune de Genève. Actuellement, Genève Tourisme est une fondation de droit privé dans laquelle les acteurs publics sont minoritaires. Malgré sa volonté affichée, M. Maudet exclut toutefois de faire de Genève Tourisme un organe de l'Etat.

Dans l'intervalle, la supervision financière de l'institution est renforcée après deux déficits cumulés de plus de 9 millions de francs pour les deux dernières éditions des Fêtes de Genève. Le suivi est "mensualisé", souligne M. Maudet.

Genève Tourisme est dotée de 15 millions de francs. Parmi cette enveloppe, trois millions financent l'offre de transports publics pour les touristes et deux millions remboursent une partie de Palexpo.

Dirigeants pas visés

Sur les 10 millions restants, la part se répartit entre congrès, fonctionnement et investissement pour des activités à Genève. Cet argent ne doit pas contribuer à "éponger le déficit d'une seule manifestation", selon M. Maudet.

Le conseiller d'Etat ne veut incriminer ni l'ex-directeur général de Genève Tourisme Philippe Vignon ni le responsable de l'organisation de la manifestation en 2017 Christian Kupferschmid. Tous deux ont quitté leurs fonctions après les révélations de l'étendue des difficultés financières.

En décembre, le président de la Fondation Genève Tourisme Yves Menoud avait annoncé que les Fêtes seraient revues à la baisse en 2018 et que le feu d'artifice était menacé. "Je veux des feux et Genève Tourisme va les organiser", rétorque le conseiller d'Etat. Il en va selon lui de la garantie de la venue de nombreux hôtes dans la ville.

Scrutins prévus

Alors même que les électeurs de la Ville de Genève devront se prononcer début mars sur une initiative et un contre-projet qui prévoient le resserrement des Fêtes. Cette votation est "pulvérisée par les circonstances", estime le conseiller d'Etat qui veut une réorganisation plus large.

Il n'exclut pas que la Fondation ne soit plus chargée à l'avenir des Fêtes. La Ville de Genève pourrait étendre sa contribution mais l'"Etat ne s'en dégage pas pour autant", dit-il. D'autant plus que la Fondation ne doit pas oeuvrer uniquement pour cette manifestation mais pour la valorisation du tourisme vers Genève. Un mandat qu'elle a "un peu" abandonné, déplore M. Maudet.

Plus largement, face aux enjeux du numérique, le conseiller va réunir des états généraux du tourisme dans les prochains mois. Il souhaite rassembler l'ensemble des acteurs genevois.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS