Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil de l'Europe s'inquiète de la montée du racisme en Allemagne. Il pointe notamment les manifestations organisées l'hiver dernier par le mouvement Pegida, alors que le pays a donné ces dernières semaines une image d'ouverture aux migrants.

"La situation concernant les manifestations publiques de racisme et de xénophobie a évolué de manière préoccupante", souligne le Conseil dans un rapport rendu public jeudi. Le texte a été rédigé par le Comité consultatif de la convention-cadre pour la protection des minorités nationales du Conseil de l'Europe. Il couvre la période allant de 2010 à début 2015.

Selon ce document, "les manifestations d'antisémitisme, d'antitsiganisme et les sentiments islamophobes et anti-immigrants seraient en augmentation, de même que les agressions contre des demandeurs d'asile".

Le rapport évoque les marches organisées chaque lundi l'hiver dernier par Pegida (Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident) à Dresde et dans d'autres villes d'Allemagne. Ce mouvement avait atteint un pic le 19 janvier 2015, avec 25'000 participants, avant de s'essouffler au printemps.

Agression mortelle à Dresde

Les auteurs soulignent le "climat d'insécurité pour les musulmans et les personnes issues de l'immigration ou des minorités" créé par ces marches. Ils rappellent "l'agression odieuse et mortelle à coups de couteau d'un Erythréen à Dresde, le soir de l'une de ces manifestations, seulement trois jours après qu'une croix gammée eut été peinte sur la porte de son appartement".

Tout en notant l'importance des contre-manifestations, hostiles à Pegida, ils estiment que "des efforts soutenus sont encore nécessaires pour favoriser un climat de tolérance et de dialogue interculturel" en Allemagne.

Pas assez évoqué à l'école

Ces conclusions contrastent avec les images de migrants chaleureusement accueillis début septembre dans les gares allemandes, parfois sous des applaudissements. Selon différents sondages, plus de 60% des Allemands sont aujourd'hui favorables à l'accueil des migrants dans leur pays.

Le rapport du Conseil de l'Europe constate par ailleurs que "si, à l'école, une attention considérable est portée à l'étude des expressions passées des organisations d'extrême droite pendant la période national-socialiste, on attache souvent trop peu d'importance aux modes d'expression actuels du racisme, de la xénophobie, de l'antisémitisme et d'autres formes d'intolérance associées".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS