Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Selon le Conseil des Etats, les jeunes ne reconnaissent souvent pas les pièges d'internet et des nouveaux médias. Pour mieux les protéger, la Chambre haute a adopté ce jeudi deux motions bourgeoises. L'une réclame l'introduction d'un "permis médias" à l'école.
Les enfants ont souvent des connaissances plus étendues que leurs parents dans les nouvelles technologies, mais n'en voient pas les pièges. Et l'interdiction des sites internet ne peut être qu'une mesure d'ultime recours, a plaidé Rolf Schweiger (PLR/ZG), à l'origine du texte.
Et le Zougois de réclamer l'introduction d'un "permis médias" dans le cadre des plans d'études de l'école obligatoire. Ce système a fait ses preuves en Allemagne, a-t-il argumenté.
Conscient de cette problématique, le ministre de l'éducation Didier Burkhalter n'en a pas moins plaidé contre la motion. Le "permis médias" ne permettra pas d'éviter les confrontations entre les jeunes et les contenus dangereux, a-t-il fait valoir.
Les parents doivent fixer des limites même s'ils ne comprennent pas tout. L'école doit se concentrer sur l'information et le soutien, ce qu'elle fait déjà, a assuré le conseiller fédéral. La Confédération doit en outre éviter d'empiéter sur les compétences des cantons. Ces arguments n'ont pas convaincu la majorité bourgeoise du Conseil des Etats. Le texte a été adopté par 22 voix contre 14.
Lutter contre la cybercriminalitéDans la foulée, les sénateurs ont accepté à l'unanimité une motion d'Ivo Bischofberger (PDC/AI) pour mieux coordonner les efforts de protection des jeunes contre la cybercriminalité. Il y beaucoup trop d'acteurs impliqués dans la lutte contre cette criminalité, a argumenté le démocrate-chrétien. La mise sur pied d'une stratégie d'ensemble pilotée de manière centralisée par la Confédération est urgente.
La motion est superflue. La Confédération fait déjà les efforts requis et il y a un mouvement vers une stratégie nationale sur la criminalité, a critiqué M. Burkhalter. En vain.
Les deux motions passent au Conseil national.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS