Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

François Hollande, Angela Merkel et leurs partenaires ont posé mercredi soir les jalons d'une relance par la croissance de l'Union européenne. Ils n'ont pas tranché sur la question controversée des euro-obligations pour mutualiser la dette.

Le dîner a duré plus de cinq heures pour les participants à ce conseil informel à 27. C'était le premier du genre pour le nouveau président français, déterminé à imposer le thème de la croissance sur la scène européenne sur fond de crise en Grèce - que les dirigeants de l'UE veulent voir conserver l'euro.

La réunion visait à préparer le Conseil européen des 28 et 29 juin. Il "devrait, si le travail est fait en ce sens, préparer un Pacte de croissance qui pourrait être un pas supplémentaire à ce qui s'est jusqu'à présent construit", a dit le président français lors d'une conférence de presse.

Eurobonds

Pour permettre au débat d'avancer, François Hollande a mis une sourdine à son exigence d'une renégociation du traité de discipline budgétaire, qui suscitait l'opposition de Berlin. Il a indiqué qu'il pourrait y renoncer s'il obtient satisfaction sur la croissance dans un texte séparé, tout en s'engageant à redresser les finances publiques françaises.

François Hollande s'est aussi heurté comme prévu à l'opposition allemande sur les "eurobonds". "Les euro-obligations ne contribuent pas à relancer la croissance", a ainsi affirmé Angela Merkel dès son arrivée.

Croissance

L'élection de François Hollande le 6 mai et le retour des inquiétudes sur le front de la crise de la dette, notamment en Grèce, ont cependant fait évoluer les esprits en Europe. L'accent est désormais mis sur la stimulation de la croissance.

Plusieurs initiatives susceptibles de la relancer à moyen terme font d'ores et déjà consensus. Il est question de mobilisation en faveur des PME des 80 milliards d'euros de fonds structurels européens non utilisés ou de lancement d'euro-obligations pour financer des grands projets d'infrastructures.

ATS