Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les chemins de fer devraient disposer pour 2013-2016 d'en moyenne 600 millions de francs de plus par année qu'en 2010. Le Conseil fédéral a transmis vendredi au Parlement son message sur le financement de l'infrastructure ferroviaire. Les CFF sont satisfaits de cette annonce.

Le gouvernement propose au Parlement d'allouer 6,624 milliards de francs pour l'infrastructure des CFF et 2,825 milliards pour celle des chemins de fer privés. Ces fonds serviront à maintenir l'exploitation et la qualité du réseau et à poursuivre les investissements en vue de son extension. Mais l'augmentation de cette enveloppe dépendra des nouvelles coupes annoncées début février par le Conseil fédéral.

En raison de l'achat de nouveaux avions de combat, 800 millions de francs par an devront être économisés dès 2014 dans tous les départements. Ce programme d'assainissement devrait être mis en consultation fin juin.

Une partie de cette augmentation résulte de la hausse du prix du sillon. Depuis cette année et jusqu'en 2016, les compagnies de chemin de fer payeront en effet 200 millions de plus aux gestionnaires de l'infrastructure afin d'utiliser les rails.

Extension du réseau

Les CFF se disent satisfaits du message du Conseil fédéral sur le financement de l'infrastructure ferroviaire. L'état des installations pourra être maintenu, voire amélioré de manière ponctuelle. L'accent sera mis sur le renouvellement de la voie ferrée.

Les économies supplémentaires permettent de dégager 150 millions de francs. Ils rendront possibles des investissements d'extension du réseau évalués à 120 millions de francs. Il sera ainsi possible de réaliser le convertisseur de fréquence de Saint-Gall Winkeln, l'installation de garage d'Oberwinterthur (SG), le croisement de Cheyres (FR) et le cours de débord de Chiasso (TI).

L'Union des transports publics (UTP) se dit également heureuse que le Conseil fédéral ait reconnu les besoins de l'infrastructure ferroviaire et qu'il ait augmenté ses contributions.

ATS