Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée suisse devrait acquérir des drones israéliens. Le Conseil fédéral a présenté mercredi au Parlement son programme d'armement 2015, devisé à 542 millions de francs, une somme plutôt modeste. Mais il sera complété par une nouvelle commande à la fin de l'année, a indiqué le ministre de la défense Ueli Maurer.

L’achat de six drones d’exploration, non armés, du type Hermes 900, à la firme israélienne Elbit, devisé à 250 millions, est le volet le plus contesté du programme. Selon Ueli Maurer, l'acquisition de biens israéliens qui répondent aux critères définis pour l'armée ne pose pas de problème.

Plusieurs voix, notamment à gauche, se sont pourtant élevées contre cet achat. Elles accusent l'Etat hébreu de violations des droits de l'homme et d'avoir testé le matériel en Cisjordanie, à Gaza ou au Liban.

Ces drones, accompagnés de composantes au sol et d'un simulateur, doivent remplacer le système en service depuis une vingtaine d'années et disposant du niveau technologique des années 1980. D'un point de vue technique, il serait possible de les armer. Mais ce n'est pas prévu car il n'existe pas de besoins militaires, a souligné Ueli Maurer devant la presse.

Les destinataires des informations récoltées par les drones seront, comme aujourd’hui, des organes militaires et civils. Parmi ces derniers figurent la police, les services de sauvetage ou le Corps des gardes-frontière.

Les drones peuvent également être engagés dans les régions étrangères limitrophes. Une utilisation dans des pays lointains, par exemple pour la promotion de la paix, n'est pas exclue.

Véhicules et simulateurs

Le deuxième gros poste du programme (271 millions) est consacré à l'achat de 879 véhicules pour système technique, comme des véhicules radio, à la fois légers et tout-terrain. Cette flotte doit remplacer les engins actuels, réalisés à partir du Steyr-Daimler-Puch 230 GE.

Enfin, le Conseil fédéral souhaite disposer de 21 millions pour acquérir 500 jeux de 10 simulateurs de tir pour fusil d'assaut. Le système actuel doit être remplacé, car ses coûts d'entretien sont devenus excessifs et il n'est plus possible de se procurer les pièces de rechange.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS