Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil fédéral a entériné mercredi le maintien de l'aérodrome de Rarogne (VS). Soutenue par l'exécutif valaisan, cette position n'est en revanche pas appuyée par la commune qui souhaitait démanteler le site utilisé jusqu'en 1977 à des fins militaires.

L'exploitation purement civile de la partie Est de la piste est encore conditionnée à un changement d'affectation de zone. La procédure sera lancée par l'Office fédéral de l'aviation civile en concertation avec les services cantonaux compétents et avec la commune de Rarogne.

Réactions contrastées

La décision de l'exécutif fédéral provoque des réactions diverses à Rarogne. Le groupe de vol à moteur du Haut-Valais (Fluggruppe Oberwallis) a appris la nouvelle "avec un grand soulagement", communique-t-il mercredi. Les autorités communales ont à l'inverse fait part de leur déception.

Le maintien d'une activité aérienne avait été rejeté par 74% de l'électorat lors d'un scrutin communal en septembre 2010. Le président de la commune Daniel Troger estime que le Conseil fédéral a donné plus de poids aux intérêts particuliers qu'à la volonté populaire, a-t-il confié à l'ats.

Le groupe de vol à moteur voit dans cette décision l'ouverture de perspectives d'avenir après une décennie d'insécurité. Il entend soutenir les différents projets industriels et de loisirs envisagés sur le périmètre de l'aérodrome et se dit prêt à "tendre la main" à ses opposants.

Un aérodrome utile

Selon le Conseil fédéral, aucune augmentation du volume du trafic aérien n'est à craindre. La Confédération estime qu'il n'y a aucune raison de renoncer à cette infrastructure puisque les conditions de son exploitation ne se sont pas modifiées.

Et d'affirmer que ce site revêt une importance touristique pour la vallée de Conches. L'aérodrome est utilisé pour la formation et le perfectionnement aéronautiques. Il sert également d'aérodrome de dégagement pour les petits avions qui sont dans l'impossibilité d'atterrir à Sion.

ATS