Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La sortie du nucléaire est réalisable avec des conséquences économiques limitées, estime le Conseil fédéral. Il a approuvé mercredi l'orientation générale de la stratégie énergétique 2050 de Doris Leuthard et établi un premier paquet de mesures.

L'ambition globale est de baisser d'ici à 2050 la consommation d'énergie de 70 TWh (térawattheures) et celle d'électricité de 21 TWh. Les premières mesures, qui devraient permettre de dépasser la moitié de l'objectif devraient être mises en consultation sous forme de loi cet automne pour une entrée en vigueur espérée en 2015.

La priorité numéro un est l'amélioration de l'efficience énergétique, avant tout dans les bâtiments, qui consomment 22 TWh d'électricité et absorbent près de la moitié de la consommation nationale d'énergie. Pour inciter les propriétaires à assainir les bâtiments anciens, la dotation fédérale au programme bâtiments sera portée de 200 à 600 millions par an.

Energies renouvelables

L'autre grande priorité du gouvernement reste l'encouragement des énergies renouvelables, dont la production devrait augmenter de près de 23 TWh d'ici à 2050.

Les instruments d'encouragement seront optimisés. La taxe sur le CO2 devrait être relevée de 36 francs par tonne à 60 francs. Le supplément prélevé auprès des consommateurs pour le courant vert devrait lui passer progressivement de 0,45 centime par kilowattheure à 1,9 centime, ce qui devrait rapporter 1,2 milliard de francs.

La mise en oeuvre du paquet énergétique devrait grever le budget de la Confédération de 42 à 82 millions de francs par an.

La stratégie énergétique de la Confédération a provoqué des réactions contrastées autant à gauche qu'à droite. Quant aux producteurs d'électricité, ils souhaitent à l'avenir la mise en place de procédures facilitées pour les énergies renouvelables. Les associations de protection de l'environnement se disent, elles, "surprises positivement" par le concept d'Energie 2050.

ATS