Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Au lendemain de la publication du rapport des commissions de gestion du Parlement sur l'affaire UBS, la presse s'attaque mardi au Conseil fédéral et à la banque à l'origine de la crise. Commission d'enquête parlementaire (CEP) ou même actions en justice sont réclamées.
Le rapport présenté lundi est "dévastateur", les phrases qu'il contient sont "dures", il montre un ministre des finances Hans-Rudolf Merz agissant en "autiste": le constat de la presse est accablant pour le gouvernement helvétique.
"Les sept sages souffrent d'un handicap dans l'action commune et de lacunes dans la communication interne", résume le "Quotidien Jurassien". "Dans ces circonstances, une réforme du Conseil fédéral paraît nécessaire", ajoute le journal.
Mais pour la "Liberté", au vu des problèmes, les mesures envisagées ne sont de loin pas satisfaisantes. "Croire qu'une présidence de la Confédération de deux ans et que des secrétaires d'Etats en plus suffiront à renforcer le pilotage relève d'une excessive confiance en la bonne étoile fédérale", estime le quotidien fribourgeois.
Le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz est particulièrement critiqué pour son absence de transparence et sa mauvaise gestion de la crise. Le ministre des finances n'est, comme dans l'affaire Kadhafi, "pas à la hauteur de défis complexes ni de la pression massive", critique la "Berner Zeitung".
Le "Temps" souligne le "déni de réalité" dont ont fait preuve les autorités sur le secret bancaire et auquel les Etats-Unis ont porté un "coup mortel". Mais pour le quotidien, "le tabou est encore trop vivace" pour que la vérité éclate même si une commission d'enquête parlementaire (CEP) était mise en place.
Cette option est pourtant souhaitable, estime la "Liberté" qui affirme qu'il "est temps de soumettre" l'UBS à un "scanner impitoyable".
Le "Quotidien jurassien" appelle à la poursuite des anciens dirigeants de la banque. "Il n'est pas trop tard pour demander des comptes à ceux qui se sont remplis les poches".
Pour certains éditorialistes, une CEP n'est cependant pas la solution. La "Berner Zeitung" doute par exemple de l'efficacité d'une telle mesure.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS