Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La politique européenne a été vendredi au coeur des entretiens de Watteville entre le Conseil fédéral et les partis gouvernementaux. Chacun a répété ses positions. Rien n'ayant fondamentalement changé depuis le 19 août, les participants se sont contentés d'un communiqué lapidaire.
Outre la liste des participants et la durée de la rencontre (de 10h00 à 12h00), on peut y lire que "la politique européenne était au centre des discussions, en particulier un tour d'horizon sur les accords Schengen/Dublin". "Les deux délégations (des partis et du gouvernement) se sont entendues pour ne pas organiser de conférence de presse".
Les partis ont estimé que tout avait déjà été dit lorsque les conseillères fédérales Doris Leuthard et Micheline Calmy-Rey ont présenté le rapport sur la politique européenne, a précisé à l'ATS André Simonazzi, porte-parole du Conseil fédéral.
Le gouvernement avait alors affirmé qu'il entendait poursuivre sur la voie bilatérale mais qu'elle devenait de plus en plus difficile, avec les 120 accords déjà conclus avec l'Union européenne. Des adaptations sont inévitables.
Le Conseil fédéral souhaite trouver une solution qui permette à Berne de disposer d'un droit de codécision et de participation jugé suffisant et qui s'appliquerait à l'ensemble des accords. Un groupe de travail composé de représentants de plusieurs départements fédéraux doit élaborer des pistes d'ici la fin de l'année.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS