Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les trophées de chasse ne devraient pas être interdits à l'importation. Le Conseil fédéral compte sur les mécanismes internationaux pour protéger les animaux menacés.

L'interdiction est réclamée par la conseillère nationale Aline Trede (Verts/BE) dans une motion. Elle vaudrait pour les trophées d'éléphants, de rhinocéros et d'ours polaire, ainsi que ceux de tous les primates et les carnivores. Il serait aussi impossible d'importer des trophées provenant de la chasse en enclos.

Selon Mme Trede, quelque 1500 chasseurs amateurs suisses parcourent chaque année le globe, avec d'autres adeptes d'autres pays, pour chasser des espèces animales rares. Ils utilisent des méthodes interdites en Suisse comme la chasse à l'arc et par hélicoptère.

Le phénomène provoque des dégâts énormes dans les pays concernés: expropriations de terres, abattages illégaux, cruautés envers les animaux, contrebande, crime organisé. Quant à la chasse en enclos, elle constitue, aux yeux de l'écologiste, une des formes les plus aberrantes de ce genre de tourisme. 90% des lions abattus en Afrique du Sud proviendraient de telles exploitations.

Règles internationales

Dans sa réponse publiée mercredi, le Conseil fédéral comprend l'incompréhension en Suisse face à ce phénomène. Mais il est convaincu que les mesures déployées à l'échelon international sont mieux adaptées pour y faire face.

L'exportation et l'importation de trophées de rhinocéros ainsi que de certains éléphants, primates et prédateurs sont autorisées à titre exceptionnel et soumises à des règles très strictes. Aussi bien l'Etat d'exportation que celui d'importation doivent déterminer dans chaque cas via une analyse scientifique si la survie de l'espèce est en jeu.

Concerne l'ours polaire ainsi que les autres primates, prédateurs et éléphants, il faut un permis d'exportation délivré par le pays d'origine et attestant que l'espèce n'est pas en danger. De son côté, la Suisse exige des autorisations d'importation et effectue des contrôles à la frontière.

Enfin, il n'est pas facile de distinguer les trophées issus de la chasse en enclos des autres, ni ce type de chasse de celle menée dans des réserves de chasse.

ATS