Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les fans de football et de hockey sur glace devront emprunter les trains et bus mis à leur disposition, a décidé le Conseil fédéral. Si une telle offre existe, les groupes de supporters ne seront plus admis dans les transports publics réguliers. Le canton de Neuchâtel emboîte le pas et souhaite également mieux s'armer contre le hooliganisme.

Le gouvernement a mis vendredi la révision de loi en consultation. Il entend apporter une pierre de plus à l'édifice de la lutte contre le hooliganisme, tout en reconnaissant que le projet ne résout pas tous les problèmes et qu'il faut redoubler d'efforts dans d'autres domaines.

L'enjeu est de préserver la sécurité des transports publics et de leurs passagers, la présence de supporters enclins à la violence étant devenue un véritable problème. La révision de la loi sur les transports de voyageurs prévoit que les groupes de supporters n'ont plus le droit d'être acheminés à certains horaires si une entreprise de transport leur met déjà à disposition un véhicule spécial.

Idem si un train est affrété par le club. Ce dernier sera en outre tenu responsable des dommages causés. En affrétant un véhicule spécial, le club peut en effet mieux influer sur le transport de ses supporters et veiller à ce qu'ils ne causent pas de dégâts, estime le gouvernement.

Neuchâtel prend également des mesures

Au niveau cantonal, des mesures ont également été annoncées à Neuchâtel. La recrudescence des actes de violence en marge des rencontres de football et de hockey montre que le système actuel a atteint ses limites, ont souligné vendredi les autorités neuchâteloises.

Pour répondre à ce phénomène, le gouvernement a élaboré une loi sur la prévention de la violence lors des manifestations sportives qui complète l'arsenal du concordat intercantonal.

Le document qui sera soumis au Grand Conseil énonce des mesures qui concernent l'interdiction de dissimuler le visage, l'éloignement du stade des fauteurs de troubles et les prescriptions en matière de vidéosurveillance. La loi confirme également le principe de la participation financière des organisateurs aux frais liés à l'engagement de la police.

ATS