Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil fédéral in corpore s'est rendu à Bâle mercredi où il a tenu sa troisième séance extra muros de l'année. Le gouvernement a profité de son excursion pour rencontrer la population et l'exécutif de la ville-canton.

Bâle et ses environs forment une des régions les plus dynamiques de Suisse, a loué la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey devant quelque 300 personnes réunies au Théâtre de Bâle. Avec ses 37 km2, Bâle-Ville est certes le plus petit canton helvétique en superficie mais il génère 5% du produit intérieur brut, se plaçant au 6e rang des cantons, a-t-elle fait valoir.

De son côté, le président du gouvernement bâlois Guy Morin (Verts) a salué les décisions courageuses prises par le Conseil fédéral ces dernières années. Il a notamment cité le sauvetage de d'UBS et la sortie du nucléaire.

Merci à Micheline Calmy-Rey

M. Morin, qui est lui-même considéré au sein de son parti comme un candidat potentiel à un siège au Conseil fédéral, a remercié la cheffe de la diplomatie suisse pour son travail. Pendant son mandat, qu'elle quitte en décembre, la ministre socialiste a transporté l'image d'une Suisse ouverte, solidaire et neutre, a-t-il déclaré.

Les sept conseillers fédéraux sont arrivés en train à Bâle mercredi matin. Ils ont tenu leur séance hebdomadaire au département bâlois de l'économie, des affaires sociales et de l'environnement, qui siège dans une demeure baroque du 18e siècle.

Ils se sont ensuite rendus au Théâtre de Bâle où, après les discours d'accueil, ils ont pris un apéritif avec la population. Les gouvernements fédéral et cantonal se sont ensuite réunis pour un repas de travail.

ATS