Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse va renforcer la lutte contre les mafias italiennes et du Sud-Est de l'Europe, ainsi que contre la criminalité économique. Le Conseil fédéral a approuvé mercredi les priorités stratégiques en matière pénale de la Confédération pour 2012-2015.

Depuis la première définition de la stratégie en juillet 2007, la menace n'a pas connu de changement fondamental. Concernant la criminalité d'ordre idéologique, le terrorisme international constitue toujours la principale menace.

Bien qu'il n'existe pas d'indices concrets indiquant la préparation d'attentats terroristes sur sol suisse, le djihadisme reste un danger réel, selon les évaluations des spécialistes fédéraux.

Alerte à la 'Ndrangheta

De même, le crime organisé reste un pôle prioritaire en matière d'infractions relevant de la grande criminalité. Les organisations mafieuses originaires d'Italie et de l'Europe du Sud-Est sont très actives aussi bien en Suisse que dans les pays limitrophes. Pour la police criminelle, la 'Ndrangheta de Calabre représente le plus grand danger.

Des membres présumés des quatre plus importantes organisations mafieuses italiennes ont élu domicile en Suisse. Les réseaux criminels originaires d'Europe du Sud-Est représentent également un fort potentiel de risque pour la Suisse.

Stupéfiants, blanchiment et Internet

D'après Europol, l'influence et l'importance de la criminalité organisée de cette région devraient croître. Le trafic de stupéfiants est toujours le principal domaine d'activité de ces bandes.

La lutte contre la criminalité économique, liée principalement à la corruption internationale et au blanchiment d'argent, fait aussi figure de priorité.

Autre problème, l'intensification des activités criminelles sur Internet. Une nouvelle génération de criminels est en passe de construire un monde virtuel souterrain, qui n'est plus composé de quelques spécialistes isolés, mais de criminels qui agissent de concert au niveau international en se partageant le travail, selon les autorités.

ATS