Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La Suisse devrait entamer début 2011 des pourparlers avec Pékin en vue de conclure un accord de libre-échange avec la Chine. Le Conseil fédéral a approuvé vendredi le mandat de négociation pour l'ouverture de ces discussions.
Auparavant, les commissions parlementaires compétentes et la Conférence des gouvernements cantonaux devront toutefois être consultées. Le gouvernement veut conclure un accord aussi complet que possible avec la République populaire de Chine.
Le traité se fondera sur les règles de l'OMC et visera à assurer des conditions d'accès au marché non discriminatoires dans divers domaines importants pour l'économie suisse, comme la circulation des marchandises, les services ou la protection de la propriété intellectuelle. Il doit contribuer au développement durable et au renforcement de la sécurité juridique pour les échanges commerciaux.
Pour mémoire, dans le cadre de sa visite officielle en Chine, la présidente de la Confédération, Doris Leuthard, a abordé le 13 août avec son homologue chinois Hu Jintao une ouverture rapide des négociations. Une déclaration d'intention avait alors été signée.
Pas pour tout de suiteAuparavant, le groupe de travail chargé d'étudier la question a conclu dans son rapport que les relations économiques bilatérales entre la Chine et la Suisse pourraient grandement profiter d'un accord de libre-échange de large portée, selon le communiqué du Département fédéral de l'économie (DFE). Il permettrait aussi de renforcer la compétitivité des deux pays.
Il n'en reste pas moins que l'entrée en vigueur d'un tel accord prendra du temps. Ainsi, il y un peu plus d'un mois, le chef du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), Jean-Daniel Gerber, a averti dans une interview que les discussions seront "longues et difficiles".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS