Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Confédération doit pouvoir soutenir un parc d'innovation suisse. Une telle structure ne se limitera donc pas au site de Dübendorf (ZH) comme prévu initialement. Le Conseil national a décidé mercredi de la localiser dès le début sur plusieurs sites, dans le respect de l'équilibre régional.

Un tel parc qui assure le transfert technologique existe déjà, sur des bases privées, à Ecublens (VD). Il réunit sur le même site des chercheurs, des multinationales et autres PME autour de l'Ecole polytechnique fédérale (EPF). Avec la nouvelle loi, la Confédération pourra soutenir la création d'un parc multi-sites.

Il s'agirait d'une entité indépendante gérée par des acteurs publics, dont les cantons ou les Ecoles polytechniques. La loi adoptée par 133 voix contre 42 ne donne que la base légale pour la création d'une telle structure. Si le Conseil des Etats suit le National, le Parlement aura encore à se prononcer sur son fonctionnement.

Alain Berset se veut rassurant

Alain Berset a tenté en vain de rassurer l'UDC, qui craignait que ce parc d'innovation entraîne d'énormes dépenses pour la Confédération. Son engagement se limitera à un investissement foncier de départ, a précisé le conseiller fédéral.

En plus de permettre à l'Etat de lui vendre ou de lui céder des terrains, le National a décidé, à plus de deux contre un, d'autoriser la Confédération à apporter d'autres aides initiales.

Suivant des propositions issues du centre-gauche, Berne pourra ainsi acheter des terrains afin de les mettre à disposition du parc ou combiner ces différentes formes de cession de bien-fonds. La Confédération pourra aussi faire bénéficier l'entité de recherche de prêts sans intérêt ou d'autres instruments de financement appropriés.

ATS