Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil national veut interdire en Suisse la détention des dauphins et des baleines. Il a introduit mardi cette disposition dans la loi sur la protection des animaux, sur une proposition d'Isabelle Chevalley (PVL/VD).

Selon la Vaudoise, les bassins sont bien trop petits pour ces mammifères et cette détention est une aberration. Et de rappeler qu'au parc Connyland, à Lipperswil (TG), le dernier de ce type en Suisse, 8 dauphins sont morts en trois ans. Plus d'une dizaine de pays européens ont d'ailleurs renoncé aux spectacles de dauphins.

Au nom de la commission, Oskar Freysinger (UDC/VS) a argumenté en vain qu'il n'appartient pas au Parlement de réagir à des cas particuliers. "On créerait ici une 'lex Connyland'", a-t-il dit. La proposition individuelle d'Isabelle Chevalley a toutefois nettement passé la rampe, par 112 voix contre 60.

Transit par la route interdit

Le National a aussi décidé, tacitement, d'inscrire dans la loi l'interdiction du transit des animaux d'abattage via les routes suisses. La Chambre des cantons a pourtant rejeté déjà deux fois cette idée soumise via une série d'initiatives cantonales.

Elle avait estimé que cela pourrait provoquer des discussions problématiques avec l'Union européenne. Du même avis, le Conseil fédéral a précisé l'ordonnance en mars 2011. Seul le transit d'animaux d'abattage par rail ou avion est désormais admis, ce qui règle le sort des transports les plus problématiques, avec des animaux entassés dans des camions.

Protection des animaux renforcée

Le gouvernement propose néanmoins d'inscrire dans la révision que le transport international d'animaux à titre professionnel est soumis à autorisation. En décembre, le Conseil des Etats avait jugé l'ajout suffisant, mais le National se montre plus strict.

Les débats se poursuivent sur la loi modifiée. Celle-ci renforce globalement la protection des animaux, en mettant l'accent sur leur dignité et leur bien-être.

ATS