Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Saab s'est déclaré en faillite lundi, a indiqué un tribunal local à l'AFP. Ce nouvel épisode dans le feuilleton autour du constructeur automobile suédois intervient après deux ans d'efforts pour sauver la marque.

Un communiqué publié sur le site internet du tribunal précisait que trois des principales compagnies du groupe Saab se sont déclarées en faillite: Saab Automobile Aktiebolag, Saab Automobile Tools AB et Saab Automobile Powertrain. "Le tribunal a pour objectif de traiter la demande et nommer un liquidateur rapidement", est-il indiqué dans le communiqué.

Problème de brevets

Le charismatique directeur général de Swedish automobile (Swan, le propriétaire néerlandais de Saab) Victor Muller était précédemment attendu lundi devant le tribunal. Une audience était en effet programmée pour décider si la procédure de protection de trois mois sous laquelle Saab avait été placé pendant que le groupe tentait de négocier un accord pour se sauver devait être levée ou prolongée.

Victor Muller s'est démené pour trouver un accord afin de sauver Saab de la faillite, principalement auprès de deux groupes chinois, le constructeur Youngman et le distributeur Pang Da.

Mais General Motors, ancien propriétaire de Saab, a répété à plusieurs reprises qu'il s'opposerait au nécessaire transfert de brevets technologiques qu'il détient encore aux entreprises chinoises.

Ce week-end encore, GM a renouvelé son opposition à tout accord avec un prétendant chinois, une position considérée comme sonnant le glas pour Saab.

ATS