Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont envoyé jeudi soir de Berlin un message de fermeté à la Grèce. Ils ont souligné les "efforts indispensables" pour que ce pays parvienne à se maintenir dans la zone euro.

M. Hollande et Mme Merkel se sont retrouvés autour d'un dîner pour harmoniser leurs positions avant de recevoir chacun de leur côté en fin de semaine le premier ministre grec Antonis Samaras, qui souhaite que les partenaires européens d'Athènes fassent preuve de patience.

Le chef de l'Etat français a précisé qu'"il appartient aux Grecs de faire les efforts indispensables pour que nous puissions atteindre cet objetif". La chancelière allemande a pour sa part indiqué qu'elle voulait "encourager la Grèce à poursuivre les réformes".

Rapport de la troïka

Elle a aussi répété qu'elle souhaitait "attendre le rapport de la troïka" des créanciers (UE, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) qui doit être rendu public fin septembre avant toute nouvelle décision sur l'aide apportée à la Grèce.

Cette rencontre entre la chancelière allemande et le président français constituait une nouvelle étape du ballet diplomatique au cours duquel pourrait être décidé un assouplissement des conditions d'austérité demandées à Athènes en échange de son sauvetage.

Une source française proche des discussions avait indiqué avant la rencontre que "ce dont on parle, ce n'est pas de savoir si la Grèce va tenir deux ou trois semaines de plus mais ce qu'il adviendra à l'horizon de 2020".

Athènes veut souffler

La Grèce, entrée dans sa cinquième année de récession, doit réaliser 11,5 milliards d'euros d'économies à travers des coupes budgétaires drastiques et des réformes structurelles. M. Samaras a expliqué lors de sa campagne électorale vouloir obtenir un sursis de deux ans renvoyant à 2016 l'assainissement de ses comptes publics.

"Nous sommes sûrs que la crédibilité du pays sera rétablie", a-t-il assuré lors de sa rencontre la veille avec le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker. Ce dernier a assuré la Grèce de son soutien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS