Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'économie suisse pourrait connaître une légère récession l'an prochain, estime le Créa. L'institut conjoncturel vaudois prévoit une contraction du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse de l'ordre de 0,4%, après une croissance de 0,7% cette année.

L'évolution traduit le ralentissement économique en cours depuis le deuxième trimestre 2011, a indiqué vendredi l'Institut de macroéconomie appliquée (Créa) de l'Université de Lausanne. Selon lui, la Suisse pourrait tomber en récession dès la fin de l'année.

Le Créa dresse un tableau beaucoup plus sombre que les autres instituts conjoncturels. Il est pour l'heure le seul à prévoir une récession, soit une contraction de l'activité économique durant au moins deux trimestres consécutifs.

A titre de comparaison, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) prévoit pour l'an prochain une hausse du PIB de 0,9%, UBS de 1,3% et le KOF de 1,5%. Credit Suisse se montre le plus optimiste, avec une anticipation de 2%.

Commerce extérieur à la peine

Face aux perspectives très maussades pour l'économie mondiale et la persistance de la crise de la dette dans la zone euro, d'autres révisions à la baisse ne sont pas à exclure. Depuis l'été, le pessimisme a gagné les économistes de la plupart des instituts.

Les exportations ont été les premières à subir les effets du ralentissement, constate le Créa. Plus que la surévaluation du franc, c'est le repli de la demande étrangère qui pèse sur les exportations helvétiques, selon lui. Les livraisons à l'étranger ont reculé au 3e trimestre pour la première fois depuis 2009.

Au fil des mois, "il n'y a guère que l'horlogerie qui tire son épingle du jeu", relève l'institut. Ce secteur, dont la majorité des emplois se trouve dans l'Arc jurassien, ne représente toutefois que 10% du total des exportations, ajoute le Créa.

Tournant de l'été

Le climat de consommation s'est fortement dégradé pendant l'été et les ménages suisses semblent très préoccupés par l'évolution de l'économie, fait également remarquer l'institut. Un renversement de tendance dans l'industrie a aussi été observé pendant les mois d'été.

ATS