Toute l'actu en bref

Même si l'espoir de trouver des survivants est infime, les recherches se poursuivront jusqu'à ce que tous les disparus aient été récupérés, ont assuré les autorités (archives).

KEYSTONE/ITALIAN FIRE DEPARTMENT/ITALIAN FIRE DEPARTMENT HANDOUT

(sda-ats)

Les secouristes italiens, qui fouillent toujours les décombres de l'hôtel dévasté par une avalanche il y a une semaine, ont retrouvé de nouveaux corps mercredi. Le bilan s'élève désormais à 25 morts et quatre disparus.

Au total, les corps sans vie de 13 hommes et 12 femmes ont été retrouvés dans l'hôtel enseveli dans les Abruzzes. Seulement la moitié d'entre eux ont été formellement identifiés, a expliqué la Protection civile. Même si l'espoir de trouver des survivants est infime, les recherches se poursuivront jusqu'à ce que tous les disparus aient été récupérés, ont assuré les autorités.

Les autopsies des six premières victimes ont conclu qu'elles étaient mortes écrasées, asphyxiées ou de froid, mais que l'hypothermie n'avait jamais été la seule cause du décès, a expliqué en conférence de presse la procureure de Pescar, Cristina Tedeschini.

Le parquet a ouvert une information judiciaire pour homicides involontaires, afin de déterminer d'éventuelles responsabilités dans la catastrophe ou des dysfonctionnements dans les secours.

"Crise sans précédent"

La catastrophe était intervenue à la suite de chutes de neige historiques et d'une série de séismes qui ont plongé tout le centre l'Italie dans le chaos. En plus de l'avalanche, au moins cinq personnes ont été tuées par le froid ou le séisme. Des centaines d'habitants ont aussi été coupés du monde et des dizaines de milliers de foyers privés de courant pendant plusieurs jours.

Une semaine après, le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni a dressé un premier bilan devant le Sénat. "Tous les efforts ont été faits sur le plan humain, organisationnel et technique pour essayer de sauver des vies humaines", a-t-il assuré.

Face à cette "crise sans précédent", les 11'000 personnes mobilisées ont mené plus de 3500 missions de secours par terre et plus de 300 par hélicoptère. Arrivés pour les premiers après des kilomètres à ski dans la nuit et sous les bourrasques de neige, 200 secouristes ont participé aux opérations dans les décombres de l'hôtel enseveli, a rappelé M. Gentiloni.

"L'Etat a mobilisé toutes ses énergies", a-t-il insisté. Il a promis que toute la lumière serait faite sur les éventuels dysfonctionnements, retards et responsabilités, mais en évitant toute chasse aux "boucs émissaires".

ATS

 Toute l'actu en bref