Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Corée du Nord a annoncé qu'elle détruirait complètement le site nucléaire de Punggye-ri (archives).

KEYSTONE/AP Airbus Defense and Space/38 North

(sda-ats)

Des images de satellite font penser que Pyongyang a commencé à démanteler son site d'essais nucléaires, selon un site spécialisé. Un sommet historique entre le leader nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump doit avoir lieu en juin à Singapour.

Pyongyang a annoncé ce week-end qu'il détruirait "complètement" le complexe de Punggye-ri, dans le nord-est du pays, lors d'une cérémonie prévue entre les 23 et 25 mai devant des médias internationaux invités. C'est sur ce site que la Corée du Nord a mené ses six essais atomiques. Le dernier en date, le plus puissant à ce jour, a eu lieu en septembre et concernait selon Pyongyang une bombe à hydrogène.

Le mois dernier, Kim Jong-un a proclamé que la force nucléaire nord-coréenne était parachevée et que son pays n'avait plus l'utilité du lieu. Des images de satellites datées du 7 mai montrent "les premières preuves incontestables que le démantèlement du site d'essais est bien avancé", écrit mardi 38 North, site américain respecté dédié à l'analyse de la Corée du Nord.

Bâtiments rasés

Plusieurs bâtiments opérationnels importants de même que des structures plus petites autour du site ont été rasés. Les rails reliant les tunnels à des tas de déchets d'excavation ont été enlevés, ajoute le site. L'excavation d'un nouveau tunnel est également à l'arrêt depuis mars.

Les images montrent aussi des travaux préparatoires à la cérémonie de démantèlement, avec une plate-forme installée parmi les déchets d'excavation, vraisemblablement pour y accueillir les journalistes invités. Il ne semblerait toutefois pas que les entrées des tunnels aient été définitivement condamnées, ajoute le site.

Après des années de tensions sur les programmes nucléaire et balistique interdits de Pyongyang, la péninsule coréenne connaît depuis le début de l'année une remarquable détente que doit illustrer encore le sommet du 12 juin à Singapour.

M. Kim s'est réuni en sommet le mois dernier avec le président sud-coréen Moon Jae-in. Il s'est également rendu deux fois en Chine en moins de deux mois pour rencontrer le président chinois Xi Jinping.

Selon le ministère sud-coréen de l'unification, des entretiens à haut niveau sont prévus mercredi entre Corée du Nord et Corée du Sud pour discuter des mesures de suivi du sommet intercoréen.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS