Navigation

Le démocrate officiellement déclaré vainqueur de la sénatoriale en Alabama

Doug Jones, ancien procureur fédéral, est le premier sénateur démocrate élu depuis 25 ans dans ce bastion conservateur qu'est l'Alabama. Keystone/AP/JOHN BAZEMORE sda-ats
Ce contenu a été publié le 28 décembre 2017 - 20:39
(Keystone-ATS)

Les autorités de l'Etat américain de l'Alabama ont officiellement déclaré jeudi le démocrate Doug Jones vainqueur de la sénatoriale du 12 décembre dernier contre le républicain Roy Moore. Ce dernier avait tenté, en vain, de déposer un recours de dernière minute.

Une commission composée de la gouverneure, du ministre de la Justice et du secrétaire d'Etat de l'Alabama a certifié les résultats du scrutin. Un juge avait auparavant rejeté un recours de Roy Moore. Doug Jones, ancien procureur fédéral élu avec 49,97% des voix contre 48,34% pour le républicain, prendra ses fonctions le 3 janvier au Sénat à Washington. Il est le premier sénateur démocrate élu dans ce bastion conservateur depuis 25 ans.

Le scrutin a représenté un revers pour le président Donald Trump qui avait fait fi des allégations d'attouchements sur mineures visant Roy Moore, un ancien magistrat ultra-conservateur. La majorité républicaine au Sénat s'est vue ramenée à 51 sièges sur 100.

M. Moore avait déposé son recours un jour avant la certification officielle du résultat. "L'objet du recours est de préserver les preuves d'une fraude électorale potentielle et de repousser la certification par le secrétaire d'Etat de l'Alabama John Merrill en attendant une enquête approfondie", avait précisé son équipe de campagne.

Détecteur de mensonges

Le communiqué évoquait "des irrégularités dans vingt circonscriptions" du comté de Jefferson qui auraient "suffi à renverser le résultat de l'élection". Le recours contenait aussi une attestation de M. Moore "déclarant qu'il a passé avec succès un test au polygraphe (détecteur de mensonges) confirmant que les allégations de mauvaise conduite faites à son encontre durant la campagne étaient totalement fausses".

M. Moore avait perdu son avance dans les sondages après la publication par le Washington Post d'accusations de femmes pour des faits remontant aux années 1970 et 1980, qu'il nie en bloc.

Agé de 70 ans, il avait été élu deux fois président de la Cour suprême de l'Alabama, fonction dont il a été déchu deux fois: la première en 2003 pour avoir refusé de retirer d'un bâtiment judiciaire une statue de deux tonnes en l'honneur des Dix Commandements; la seconde en 2016, après avoir défié la Cour suprême des Etats-Unis en refusant d'appliquer sa décision légalisant le mariage homosexuel.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article