Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bouffée d'oxygène pour la chaîne de télévision valdo-fribourgeoise "La Télé": la part des recettes publicitaires dans son financement pourra être de 30% seulement, contre 50% jusqu'ici. Berne a adapté sa concession suite à l'arrivée de TF1 sur le marché publicitaire romand.

La nouvelle a été publiée vendredi par le gouvernement vaudois, qui était intervenu en faveur de "La Télé" auprès du département fédéral compétent, le DETEC. Le Canton avait demandé un assouplissement des règles de financement après l'annonce du partenariat entre l'éditeur suisse Ringier et la chaîne privée française TF1 pour des fenêtres publicitaires suisses.

Cet accord crée un concurrent puissant sur un marché publicitaire saturé, constate le Conseil d'Etat vaudois. Les possibilités pour les chaînes locales de trouver des nouveaux annonceurs en sont nettement péjorées. Dans ces conditions, "La Télé" peinait à remplir son obligation de générer un franc de recette commerciale par franc de redevance fédérale touché.

Flexibilité

Le DETEC a donc abaissé cette exigence pour le diffuseur valdo-fribourgeois: "La Télé" pourra couvrir ses charges à 70% par la redevance et à 30% par la publicité. Le département fédéral annonce d'autres modifications du cadre légal et réglementaire des diffuseurs privés cette année encore.

"Nous allons continuer d'essayer d'engranger un maximum de recettes publicitaires, mais cela nous permettra d'être plus flexibles", s'est félicité Christophe Rasch, le directeur de "La Télé", interrogé par l'ats. Le diffuseur a également demandé au DETEC une réévaluation du montant de la redevance. Cette demande sera examinée dans le courant de l'année.

ATS