Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une Suissesse a été enlevée dimanche dans le nord du Mali à Tombouctou, ville contrôlée par des groupes islamistes armés depuis deux semaines, a indiqué le DFAE. Selon un résident de Tombouctou, la femme "est bien connue dans la ville. Elle y déambulait en essayant de convertir les gens".

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a précisé que son Centre de gestion des crises était en charge du cas, en collaboration avec fedpol et le service de renseignement de la Confédération.

"Le DFAE est en contact avec la famille de cette Suissesse. En outre, le bureau de coordination de la Direction du développement et de la coopération (DDC) à Bamako ainsi que l'ambassade de Suisse en charge du Mali à Dakar sont en relations avec les autorités locales", ont ajouté les services de Didier Burkhalter.

Ravisseurs "enturbannés"

"Le DFAE fera tout ce qu'il est en son pouvoir afin de parvenir à ce que la victime soit libérée saine et sauve", ont-ils souligné.

Selon un habitant de Tombouctou, la femme, identifiée par son seul prénom "Béatrice", a été enlevée par des hommes armés et enturbannés dimanche après-midi dans le quartier d'Abaradjou où elle séjournait depuis la prise de Tombouctou le 1er avril par des éléments touareg et islamistes.

Depuis 2009, le DFAE recommande aux Suisses de ne pas se rendre au Mali en raison du risque très élevé d'enlèvement. Depuis le coup d'Etat à Bamako en mars ainsi que l'occupation du nord du pays par différents groupes rebelles, il conseille aux ressortissants suisses sur place de quitter momentanément le pays.

ATS