Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Tous les éléments d'une grosse bulle immobilière sont présents en Suisse, estime le directeur de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), Patrick Raaflaub. Et il est difficile de freiner les banques dans l'octroi de crédits hypothécaires.
Actuellement, les taux d'intérêts sont extrêmement bas, les gens pensent que les investissements dans l'immobilier ne comportent pas de risques, la demande est forte et les prix augmentent vivement dans certaines régions, a indiqué M. Raaflaub, dans une interview publiée dimanche dans la "NZZ am Sonntag". La FINMA doit surveiller cette évolution de près.
Toutefois, les autorités ne peuvent que difficilement freiner les banques en matière de prêts hypothécaires. Il s'agit là principalement d'une question de gestion des risques que doivent assumer les instituts financiers eux-mêmes. Il est important que les clients soient en mesure de supporter leurs dettes. La FINMA veille à ce que les calculs à cet effet soient effectués correctement.
Quand les taux d'intérêts augmentent, le remboursement de la dette n'est plus forcément garanti. Et si dans le même temps les prix baissent, il s'agit d'une crise immobilière, a ajouté M. Raaflaub.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS