Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le directeur général adjoint d'ONUSIDA a été très actif dans les pays en développement (archives).

KEYSTONE/AP/ALEXANDRE MENEGHINI

(sda-ats)

Le directeur général adjoint d'ONUSIDA Luiz Loures, accusé de harcèlement sexuel mais blanchi par des investigations internes, se retirera de l'organisation à la fin mars. L'institution ne lie pas cette décision aux allégations portées contre lui.

M. Loures, en poste depuis 2012, "a formulé au directeur général d'ONUSIDA son souhait de ne pas briguer un renouvellement de sa fonction", affirme-t-elle dans une déclaration publiée vendredi. Michel Sidibé a accepté ce retrait et a fait suivre cette décision au secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

L'investigation indépendante menée par un mécanisme de surveillance de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a conclu "clairement que le cas (de harcèlement sexuel) n'était pas prouvé" et recommandé que le dossier soit refermé, a affirmé un porte-parole devant la presse.

Le directeur général adjoint en charge des programmes a décidé de se retirer après 22 ans au sein d'ONUSIDA. Il a été l'"un des premiers au monde" à garantir des traitements contre le VIH dans les pays en développement, a souligné le porte-parole. La plainte avait été déposée en novembre dernier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS