Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le militant des droits civiques Chen Guangcheng a quitté samedi la Chine pour les Etats-Unis. Son départ met fin à l'imbroglio diplomatique qu'il avait provoqué en se réfugiant à l'ambassade des Etats-Unis après s'être évadé de sa résidence surveillée.

M. Chen, accompagné de sa femme et de leurs deux enfants, a pris un avion de la compagnie aérienne United Airlines qui a décollé de l'aéroport de Pékin à 17h50 heure locale (11h50 suisses), avec deux heures de retard. Il était attendu "dans la journée" à l'aéroport new-yorkais de Newark, a indiqué une porte-parole du département d'Etat américain.

L'agence de presse officielle chinoise Chine nouvelle a précisé que M. Chen avait déposé en respectant toutes les procédures légales une demande pour étudier aux Etats-Unis. Il a reçu une proposition de bourse de l'Université de New York pour étudier le droit.

Avortements forcés

Le dissident aveugle a provoqué la colère des autorités de Pékin en dénonçant notamment en 2005 un programme d'avortements forcés dans le cadre de la politique anti-nataliste de son pays. Après quatre ans de détention, il était sorti de prison en septembre 2010 et avait été assigné à résidence dans un village de la province de Shandong (nord-est).

Ayant réussi à s'enfuir fin avril au cours d'une évasion rocambolesque, il s'était réfugié à l'ambassade américaine à Pékin avant d'accepter de gagner il y a trois semaines l'hôpital Chaoyang de Pékin.

Un accord entre Pékin et Washington avait été obtenu après d'âpres négociations. La Chine avait accepté de donner "au plus vite" à Chen Guangcheng et à sa famille des passeports pour qu'ils puissent partir, et les Etats-Unis de leur délivrer tout aussi rapidement des visas.

ATS