Navigation

Le dissident Chen Guangcheng accuse Pékin de lui avoir menti

Ce contenu a été publié le 02 août 2012 - 02:26
(Keystone-ATS)

Le dissident chinois Chen Guangcheng, arrivé il y a deux mois aux Etats-Unis, a accusé mercredi Pékin de ne pas avoir tenu ses promesses à son encontre, à l'occasion d'une visite au Congrès à Washington. Devant les élus américains, Chen a fait part de ses inquiétudes à propos de son neveu, arrêté peu après son exil.

"Le gouvernement central chinois m'avait promis qu'il enquêterait sur la période prolongée où j'ai été opprimé dans la province de Shandong", a rappelé Chen Guangcheng.

"Le gouvernement m'avait aussi promis d'assurer la sécurité de ma famille. Mais je suis là depuis plus de deux mois et je n'ai reçu aucune nouvelle sur l'avancée de l'enquête. Je ne sais même pas si elle a commencé", a-t-il ajouté. M. Chen a affirmé qu'aucun responsable chinois ne l'avait contacté depuis son arrivée aux Etats-Unis.

Se débarrasser d'un gêneur

La Chine avait officiellement laissé M. Chen et sa famille partir à l'étranger pour étudier, mais de nombreux experts estiment que la principale motivation de la Chine était plutôt de se débarrasser d'un dissident gênant.

Les autorités ont depuis arrêté le neveu de Chen Guangcheng pour tentative de meurtre. Le dissident affirme que celui-ci se défendait avec un couteau de cuisine contre des voleurs entrés chez lui et qui pourraient être liés au gouvernement.

M. Chen a par ailleurs affirmé que la situation des droits humains se détériorait en Chine, mais que le changement était inévitable grâce aux citoyens qui font de plus en plus entendre leur voix.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.